caritas@caritasdegoma.org

Caritas-Dévéloppement Goma

Main dans la main pour sauver des vies

Caritas Goma se bat pour la sécurité alimentaire à Masisi et Kalehe.

Dans le cadre de son projet de sécurité alimentaire et nutrition dans les zones de santé de Kirotshe et Minova, la Caritas Goma se lance dans les territoires de Masisi et Kalehe particulièrement dans les deux zones de santé citées pour faire face à l’insécurité alimentaire durant une période de cinq ans.

Ne pouvoir accéder en quantité suffisante à une nourriture saine et équilibrée c’est : s’exclure, rompre le lien social, ouvrir la porte aux problèmes de santé et de bien-être ; la peine est triple. A court terme, c’est d’abord le sentiment de faim et d’épuisement, conséquence des repas sautés. S’ajoutent les maladies physiques et psychologiques : à moyen terme, l’insécurité alimentaire engendre de l’anémie, un déficit en vitamine D notamment chez les femmes, les jeunes, les enfants,… L’insécurité alimentaire reste, encore aujourd’hui, caractéristique de la pauvreté dans les zones citées ci-haut.

L’alimentation est une nécessité du quotidien et pourtant elle est souvent négligée. La Caritas Goma a décidé d’apporter une réponse satisfaisante dans les milieux cités ci-haut, des milieux enclavés et où la sécurité alimentaire n’est pas rassurée. 

Se confiant au micro de la cellule de communication de la Caritas Goma, Maombi Ruzuba s’exprime : « je suis cultivatrice depuis ma naissance ; mais avec le projet de la sécurité alimentaire que la Caritas nous a apporté dans notre village de Karango, j’ai tellement espoir qu’à travers les nouvelles techniques agricoles que nous apprenons, la production sera satisfaisante qu’avant ».

Pour sa part, Mupenda Mwendanabo, notable dans la localité Kabulu 1er montre que l’agriculture est un pilier d’un développement dans les milieux ruraux : « ici chez nous, rien ne peut se faire sans la production agricole. Les frais scolaires de nos enfants, l’alimentation, la santé,…. Bref, le développement repose sur l’agriculture. C’est pourquoi nous sommes impliqués tous dans ce projet de sécurité alimentaire pour booster le développement de chez nous. Merci à la Caritas Goma car, grâce à elle, notre localité a, pour la première fois accueilli le partenaire qui se souci d’elle en termes de développement ».

Pendant les activités communautaires dans le champ école paysan (CEP) à Nyamasasa, Simweragi kashabaganya bénéficiaire du projet est sorti de son silence en ces termes : « la Caritas nous a apporté des semences pour la culture maraichère, haricot nain et volubile, arachide,… nous en sommes très contents. Nous avons planté et, aujourd’hui, la germination est visible ; probablement dans ou trois mois nous devons savourer les prémices. Nous sommes rassurer d’éradiquer la malnutrition dans notre région. Même si nous encaissons une forte fatigue pendant ce dur travail mais notre espoir est certain pour un lendemain meilleur. Merci à Caritas, notre partenaire qui se souci à nous ».

Précisons que la sécurité alimentaire aux niveaux individuel, familial, national, régional et mondial existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

S’adressant aux mobilisateurs communautaires, Idi Bandu, technicien de développement et chargé de projet de sécurité alimentaire au sein de la Caritas, a expliqué les dimensions principales de la sécurité alimentaire : la disponibilité en quantités suffisantes de nourriture de nature et de qualité appropriée; l’accès de toute personne aux ressources permettant d’acquérir les aliments nécessaires à un régime alimentaire nourrissant; la stabilité de l’accès à la nourriture, c’est-à-dire que l’accès à la nourriture de la population ne peut pas être mis en cause par un quelconque choc naturel ou économique.

Ce projet qui s’aligne dans l’optique d’éradiquer la malnutrition, a déjà mis au profit des bénéficiaires les semences diversifiées (haricot, de pomme de terre, arachide, …).

Augustin KANDI-DA, Cellule de Communication / Caritas Goma

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *