CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA
CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA

Des agents de la Caritas capacités sur la technique de sauvegarde

518
0 0
Read Time:3 Minute, 32 Second

Dans l’objectif de familiariser le personnel de la Caritas sur les normes minimales de la sauvegarde, un atelier de formation a été organisée en faveur des agents le lundi 26 juin 2023, sous le financement de Catholic Relief Service.

Il s’agit d’une politique qui veuille à ce que le personnel et les programmes d’une organisation honorent les droits et la dignité de toutes les personnes entre autres les agents et en particulier les enfants et adultes vulnérables pour qu’ils puissent vivre à l’abri de l’abus et du préjudice.

Il s’est avéré que ces derniers temps, plusieurs organisations perdent leur crédibilité face aux bailleurs dû notamment à la non vulgarisation et non implémentation de certaines politiques pouvant sauvegarder la sécurité et la réputation de l’organisation mais aussi suite au manque d’information sur les politiques pouvant protéger les personnels en leur informant sur les comportements interdits.

Pour Max Siasia, Chargé de projet principal de sauvegarde des partenaires dans CRS Congo et facilitateur dudit atelier, un environnement de travail sain facilite des conditions de travail saines : « Etant donné qu’un agent passe plusieurs heures par année au travail, il n’est pas étonnant que les conditions de travail et les gens avec qui on travaille puissent influer fortement sur son attitude comportementale.  Si l’environnement est sain et protecteur les travailleurs se sentiront bien à l’aise dans leurs peaux et ressortiront les meilleurs d’eux-mêmes pour le développement de l’organisation. Aussi, l’organisation sera garantie d’une protection face à des incidents qui peuvent subvenir » a-il-déclaré.

Pour renchérir, il a aussi explicité que la pression au travail, les relations professionnelles, et les interactions quotidiennes, les incidents (les harcèlements et les Exploitations et Abus Sexuels) qui peuvent surgir dans le milieu professionnel peuvent influer sur notre réponse psychologique au travail et nuire à notre santé physique, psychosociale et sociale ainsi que nuire la réputation de l’entreprise.

Une fois l’organisation, ses alliés, son personnel et ses partenaires et tous ses autres collaborateurs (enfants et adultes vulnérables liés aux projets) ne sont pas protégés par cette politique de sauvegarde, elle risque des concourir à des graves difficultés comme la coupure des financements, l’arrestation de fonctionnement de l’organisation par le service juridique, la poursuite ainsi que la perte de crédibilité.

D’où l’importance même d’intégrer cette politique dans une organisation tout en œuvre des mesures pour prévenir, atténuer et répondre aux incidents de sauvegarde, évaluer les allégations et familiariser les agents sur le contenu de chaque norme minimale de la sauvegarde, le code de conduite, veiller à ce que les mesures de protection soient intégrées tout au long du cycle de vie de l’employé, s’assurer d’un recrutement sûr (ce dont la responsabilité incombe au Gestionnaire des ressources humaines qui doit s’informer si le  nouveau recru n’a pas un mauvais passé ), mettre en annexe du contrat les comportements interdits pour que le nouveau employé soit engagé en connaissant tout ce que l’organisation interdit ainsi  veiller à ce que les responsabilités soient assumées par le biais de mécanismes de signalement et de gestion de plainte pour toute faute commise sous la bannière de l’organisation.

Il faut savoir que cette politique de sauvegarde s’applique à toutes les personnes affiliées à l’organisation, y compris le personnel à temps plein ou partiel, les administrateurs, les membres du conseil d’administration, les consultants, les partenaires de projet, les entrepreneurs et les fournisseurs (toutes les personnes ayant signé un contrat avec l’entreprise.

Ainsi donc, Il s’agit d’identifier, de prévenir et de se prémunir de manière proactive contre tous les risques de préjudice, d’exploitation et d’abus et de disposer de systèmes matures, responsables et transparents pour répondre, rendre compte et apprendre lorsque des problèmes surviennent, d’où ces systèmes seront axés sur les survivants et protégeront les personnes accusées jusqu’à preuve du contraire.

Signalons que cette formation a connu une participation d’une trentaine de personnes et a été clôturée par une séance de révision de la politique de sauvegarde de la Caritas Goma conformément aux normes qu’utilisent les autres Caritas sœurs telle que Catholic Relief Service.

 

 Angèle Buke

Cellule de Communication

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *