caritas@caritasdegoma.org

Caritas-Dévéloppement Goma

Main dans la main pour sauver des vies

Des agents de la Caritas Goma capacités sur la prévention contre les infections du nouveau coronavirus

Dans l’objectif de maintenir un bon système des soins de santé primaire de la communauté, les promoteurs communautaires d’hygiène ont été formés sur la prévention des maladies transmissibles et évitables, des épidémies et du Covid 19 dans les zones touchées par l’éruption du volcan Nyiragongo ce jeudi 5 juillet 2021. Dans le cadre du projet Aide humanitaire d’urgence et de protection des personnes les plus touchées par l’éruption volcanique du Nyiragongo, au Nord-Kivu en République Démocratique du Congo, financé par  la Caritas Australie.

La lutte contre les épidémies, comme celle du Covid-19 est plus facile lorsque les communautés reçoivent des informations précises et s’engagent pour se protéger. C’est pourquoi 60 personnes, promoteurs d’hygiène et relais communautaires ont été formés pour qu’à leur tour deviennent sensibilisateurs et mobilisateurs de la communauté sur les mesures d’hygiène à prendre pour la prévention surtout dans la zone touchée par l’éruption du volcan Nyiragongo.

Ayant une évolution très rapide, le nouveau covid-19 appelé ‘’Le variant Delta’’ attaque directement les poumons, ce qui est à la base de différents problèmes respiratoires connus par tant de personnes pendant cette période dite troisième vague de covid-19. A savoir que pendant les épidémies, de cas infectés et des décès sont nombreux, non pas parce qu’on l’a voulu mais parce que la capacité des hôpitaux de pouvoir gérer ce grand nombre des cas devient insignifiante ; mais cela n’empêche pas à ces hôpitaux de soulager les patients, de les prendre en charge.

Signalons qu’il y a aussi tant de personnes guéries de cette pandémie. C’est pourquoi nous exhortons chaque personne à avoir l’habitude de passer au test pour connaitre son état de santé face à cette variante. Nous constatons ce dernier temps que les gens meurent dans leurs maisons par peur d’aller à l’hôpital disant que les médecins tuent les patients. Vous devez savoir que les médecins ne sont pas là pour tuer mais pour sauver des vies humaines ; a rappelé le Dr Jules Kafitiye, Coordonnateur du Bureau Diocésain Des Œuvres Médicales/Caritas Goma devant tous les participants.

Généralités sur Covid 19, cholera, introduction à la PCI et kits PCI, comité d’hygiène, techniques de sensibilisation, hygiène des mains, hygiène respiratoire, analyse qualité et traitement de l’eau sont les thèmes débattus pendant la formation qui a duré deux jours.

Ainsi pour la prévention, les différents gestes barrières sont recommandés, à savoir le lavage des mains, la distanciation sociale, le port des masques, ne pas toucher le visage, tousser sous le coude,…

Pendant les enseignements, le facilitateur Alain Juma, point focal PCI de la zone de santé de Nyiragongo donne aux participants les différentes techniques de sensibilisation à savoir : la causerie éducative, le counseling, le débat, le porte à porte, la sensibilisation de masse et les médias. C’est de cette façon qu’il a aussi insisté sur la tenue d’une bonne communication. A en croire que l’usage de ces différentes techniques pourront faciliter la tâche une fois au terrain. Il insiste aussi sur la technique de traitement de l’eau par le chlore.

Présents à la formation, les participants n’ont cessé d’exprimer leurs états d’âmes en se livrant au micro de la Cellule de Communication de la Caritas Goma. C’est le cas d’Éric Musubao, Encadreur dans l’espace ami d’enfants : « Je suis heureux de recevoir cette formation qui me sera utile et qui m’aidera à se rendre utile aussi aux autres dans le cadre d’hygiène. A travers cette formation, je sais maintenant user de différents techniques de sensibilisation afin de pouvoir inculquer et enseigner à la communauté les méthodes préventives pour lutter contre différentes épidémies et pandémies. Je ferai tout de mon mieux pour que les enfants que j’encadre usent aussi de différentes méthodes de prévention car les enfants sont souvent victimes de différentes épidémies liées aux mains sales ».

D’autre part, Marie Kabuo, membre de la croix rouge n’hésite pas de rebondir : « Je remercie la Caritas pour cette formation si importante. Merci de nous rappeler les différentes mesures préventives et la tenue d’une bonne hygiène  pour lutter contre les différentes épidémies».

Nous devons rester vigilants et nous engager à briser la chaine de contamination par le respect strict des mesures barrières afin de sauver notre population et nous épargner de cette maladie qui surprend tout le monde,  a conclu le docteur Jules Kafitiye.

Angèle Buke

Cellule de communication

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *