CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA
CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA

Des agents de la Caritas capacités sur la sauvegarde des enfants et adultes vulnérables

287
0 0
Read Time:3 Minute, 30 Second

Dans l’objectif d’apporter protection aux enfants et adultes vulnérables, un atelier de renforcement des capacités des agents sur la sauvegarde des enfants et adultes vulnérables en contexte d’urgence s’est tenu du 25 au 26 avril à Kanyaruchinya dans le cadre d’un projet humanitaire d’urgence, financé par La Caritas Australie.

Les enfants sont de plus en plus victimes des conflits armés. Les conflits exacerbent les situations où les enfants sont abusés et augmentent les risques d’exploitations et de services sexuels. Ces abus, souvent, perdurent durant la période de transition post-conflit : travail domestique se transformant en servitude, recrudescence de la traite d’enfants, violence sexuelle accrue, exploitation sexuelle dans les camps de réfugiés, etc.

Face à toutes ces maltraitances, l’enfant et les adultes vulnérables nécessitent une protection spéciale. Car, l’investissement dans un environnement protecteur pour l’ensemble des enfants contribue à corriger les violations de droits dont les enfants sont victimes et promeut des opportunités et l’accès à ces opportunités ainsi que le renforcement de leurs capabilités c’est-à-dire leurs aptitudes à agir et à réaliser les choix de vie auxquels ils accordent de l’importance afin de pouvoir devenir de véritables acteurs au sein de leurs communautés, a déclaré Pascal Maga, facilitateur et Chargé de suivi et évaluation dans le projet Tuinuke.

Différentes thématiques sur la sauvegarde de l’enfant et des personnes vulnérables ont été décortiquées au cours de cette formation et ont sorti de l’ignorance qu’avaient les participants dans le cadre de cette matière, c’est le cas de Rachel Yamansho qui dit être satisfaite de la matière apprise :

« Cette matière sur la sauvegarde des enfants m’est nouvelle mais je trouve que c’est vraiment quelque chose de très spéciale qui me manquait. Aujourd’hui j’ai pris conscience qu’il ne faut jamais maltraiter un enfant car les expériences vécues par les enfants peuvent créer chez eux un sentiment de vulnérabilité qui les pousse à commettre soit des actes barbares (enrôlement dans des groupes armés croyant que c’est là où ils sauront se protéger), des comportements bizarres, la vengeance dans l’avenir. Cette formation m’est très utile du fait que moi-même je me suis rendue compte de certains de mes comportements qui sont nés suite à la maltraitance mais grâce à cette matière je me sens soulagée ».

Quant à Jeannot Kassa, Gestionnaire de ce projet, cette formation est très utile car la protection est une affaire de tous : « Nul n’ignore qu’il y a des milliers de déplacés à Kanyaruchinya qui traversent des risques élevés par manque de protection. C’est pourquoi nous sommes en train de mettre en œuvre ce projet qui va s’exécuter dans le cadre d’hygiène et assainissement afin de lutter contre le choléra ainsi que dans la protection pour lutter contre la maltraitance des enfants et des adultes vulnérables. Pour le deuxième volet du projet, un espace ami d’enfants sera opérationnel dans la concession de la paroisse catholique Sainte Thérèse de l’enfant Jésus de Kanyaruchinya. Dans les deux volets nos collaborateurs seront en contact direct avec les enfants et des membres de la communauté, pour cela, nous mettons en place des mesures de mutilation des risques pour nous rassurer que la réponse que nous apportons ne crée pas un autre problème. Nous devons nous rassurer que notre staff soit un staff modèle, qui est conscient des risques liés à la protection de l’enfance », a t – il déclaré.

Il a ensuite poursuivi ses propos en signalant que toutes les mesures possibles sont mises en place pour que l’environnement dans lequel les enfants seront encadrés soit sain, sûr et protecteur pour ne pas courir des risques divers. C’est pourquoi les collaborateurs locaux ont été formés pour qu’ils soient à jour en terme des normes et de bonnes conduites de la Caritas Goma, les différentes pratiques recommandables et non recommandables pour que l’environnement soit protecteur.

Signalons que ce project sera mis en œuvre pendant une durée de deux mois et va cibler les déplacés vivants dans des camps se trouvant dans le territoire de Nyiragongo.

Angèle Buke

Cellule de communication

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *