C’est dans le cadre du projet Aide humanitaire d’urgence et de protection des personnes les plus touchées par l’éruption volcanique du Nyiragongo, au Nord-Kivu en République Démocratique du Congo à travers le  financement de la Caritas Australie, que la Caritas Goma identifie les enfants non accompagnés et séparés de leurs familles en territoire de Nyiragongo dans l’objectif d’aboutir à la réunification.

L’éruption du volcan Nyiragongo survenue le 22 mai 2021 a occasionné plusieurs dégâts parmi lesquels plusieurs enfants ont perdu leurs familles biologiques et se sont retrouvés seuls sans savoir où aller. Ces enfants séparés de leurs parents et/ou des autres membres de leurs familles suite au déplacement de population ou d’une catastrophe naturelle comptent parmi les plus vulnérables.

Le sort de ces enfants et de ces adolescents qui ont perdu tout ce qui constituait leur univers idéal (famille, frères et sœurs, amis, stabilité,…) est un symbole puissant de l’impact dramatique des crises humanitaires sur la vie des individus. Ceci étant, ces enfants ont été hébergés par certaines personnes et familles de bonne volonté.

Séparés de leurs proches dans la tourmente des événements, ces enfants se trouvent privés des soins et de la protection de leurs familles au moment même où ils en auraient le plus besoin. Exposés à la violence et à l’exploitation, ils sont parfois en danger de mort. C’est pourquoi la Caritas Goma, après avoir évalué les difficultés que rencontrent ces enfants, celle-ci ne reste pas inerte ; mais par contre,  elle met en œuvre tous les mécanismes possibles afin de pouvoir procéder à l’identification, la documentation, le tracing et la réunification dans l’objectif de repérer les familles propres (biologiques) de ces enfants et que ces derniers y retournent paisiblement.

Au cours de la première identification menée par la Caritas Goma, 5 enfants non accompagnés et séparés de leurs familles, dont l’âge varie entre 1 à 10 ans, ont témoignés de leur vie en présence des familles qui les ont accueillis.

Lebon Bariseka, un petit garçon de 6 ans raconte: « je suis enfant de monsieur Styve et de madame Pascaline. Je suis 4ème dans une fratrie de 6 enfants. C’est depuis l’éruption du volcan Nyiragongo que je m’étais séparé de ma famille biologique. J’étais perdu, je ne savais pas quoi faire, c’est pourquoi quand j’ai vu maman Asifiwe je me suis accroché à elle. Elle m’a amené dans son ménage, jusqu’aujourd’hui je vis chez elle ».

Christophe Letakamba, officier de protection au sein dudit projet, montre  que ce projet vient donner solution à deux caractères des problèmes. Le premier c’est l’aide d’urgence, et le second c’est en rapport avec la protection de l’enfant : « nous réunifions les enfants perdus de leurs familles respectives et nous aménageons un espace amis d’enfants(EAE). Actuellement, nous sommes au stade d’identification des enfants, le tracing, et la confirmation des enfants qui sont dans des familles d’accueil transitoires afin de les amener à retrouver leurs familles respectives ».

Signalons que ce projet vise aussi la protection des déplacés dans les sites , l’amélioration de leur état sanitaire et l’assistance en articles ménagers essentiels(AME).

Angèle Buke

Cellule de communication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Forum d’échanges intercommunautaire en quête de la paix dans le territoire de Nyiragongo
Next post Des agents de la Caritas Goma capacités sur la prévention contre les infections du nouveau coronavirus