CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA
CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA

Projet Femmes en Action : quand la protection de l’environnent rime avec celle de la promotion de la paix

482
1 0
Read Time:2 Minute, 47 Second

Ce 13 mai  2024 à Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo, s’est tenu la cérémonie de lancement officiel du projet Femmes en Action/ projet Savoirs, droits et leadership :  action par et pour les femmes pour l’adaptation aux changements climatiques ; réalisé en consortium entre deux organismes canadiens de coopération internationales, la Fondation Paul Gérin- La joie et Jane Goodall Institute (JGI) Canada avec le financement d’Affaires mondiales Canada. Le thème retenu pour ce lancement était :  « Transformons les défis de la femme en opportunités pour faciliter la lutte contre les effets des changements climatiques »

Dans son allocution, le Directeur du Cabinet du Gouverneur militaire du Nord-Kivu, Serge Farini, a insisté sur le fait que la protection de l’environnement inclue aussi la promotion de la paix  avant d’assurer son accompagnement pour que ce projet se matérialise et améliore les conditions des vies  des bénéficiaires dans ses zones d’exécution:

« Dans une République, déchirée par plus de 30 ans de guerre et désolation, un projet tel que :  Femmes en Action tombe à point car il est temps que nos filles et mères se réveillent et décident de prendre le taureau par les cornes  en s’attaquant à l’un des principaux défis de notre ère qui est  celui d’arriver à combler les besoins de l’homme tout en minimisant de manière significative son empreinte écologique. Cela suppose donc des efforts tant au niveau individuel que collectif pour trouver des alternatives écologiquement viables et rationnels.

Et d’ajouter   :  « Femmes en Action » Femme active, ou encore Femme en mouvement  est donc le contraire de femme inactive, amorphe, en  léthargie  mais bien de celles qui participent à promouvoir une éthique écologique, réduire la production de déchets et le gaspillage en réutilisant et en recyclant les ressources.  Et d’une manière ou d’une autre  en participant à la recherche de la paix au Nord et Sud- Kivu.  Les femmes ne sont pas seulement victimes des changements climatiques mais elles doivent aussi participer à la prise de décision au niveau local que national en vue de son développement, implication et à leur adaptation aux effets de ces changements climatiques  ».

Dans son intervention, la Directrice des ressources humaines au ministère de l’Environnement et du Développement Durable a fait savoir que la lutte contre le changement  climatique est une priorité pour le gouvernement congolais appelant à l’implication de tout le monde pour améliorer l’adaptation des jeunes filles et femmes autochtones aux effets de ces changements.

Des partenaires locaux, une soixantaine, ont répondu présent à cette invitation et sous une ambiance bon- enfant, Eli Tusikiliza a expliqué dans une brève présentation les attentes, perspectives du projet.

En effet, les questions climatiques sont désormais une urgence.  Le Nord et Sud- Kivu sont victimes des changements climatique qui occasionnent des dégâts parmi lesquels des inondations, des éboulements de terre, la sècheresse, les vagues de chaleur qui détruisent et plongent les communautés dans une situation de famine encore plus profonde.  Femmes en action, se propose donc d’améliorer les conditions de vie et la résilience aux changements climatique de 4500 jeunes et femmes entre 15 et 49 ans, notamment celles autochtones et celles impactées par les conflits, qui dépendent de l’agriculture et des produits et services liés aux forêts au Sud et Nord- Kivu.

Lydie Waridi Kone

Communication

Happy
Happy
100 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *