Read Time:2 Minute, 57 Second

Garantir une bonne gestion de la mise en œuvre du projet et des exigences de conformité en assurant un démarrage efficace et rapide tel a été l’objectif d’un atelier de démarrage du projet Emergency NFI Response for Conflict-Affected IDP Households in Rutshuru, financé par Latter-day Saints Charities (LDSC), tenu par la Caritas Goma en partenariat avec Catholic Relief Service (CRS) pendant 2 jours, du 8 au 9 juin 2022.

C’est sur base des analyses qui résulteront de ladite assise que s’exécutera le projet Réponse Rutshuru, un projet qui vient répondre aux besoins immédiats en articles non alimentaires(NFI) des ménages affectés par le conflit dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu, à la suite des violents affrontements entre acteurs armés.

Sur une période de 2 mois, 2000 ménages déplacés de ces récents affrontements (de mars et mai 2022) dans le territoire de Rutshuru bénéficieront des articles ménagers essentiels (NFI d’abri et d’installation) ainsi que des kits d’hygiènes intimes à 2000 femmes et filles déplacées.

S’en est suivi une série des thématiques qui ont fait l’objet de l’atelier, notamment le contexte du projet, les paramètres opérationnels, rôles dans le projet (coordination et gouvernance), mécanisme de feedback des bénéficiaires, session conjointe sur les questions opérationnelles du projet, session conjointe sur la validation du projet, prévention de la COVID-19, protection et genre, élaboration du risque de management (RMP), élaboration du DIP (mettre à jour et préciser le calendrier des activités du document de projet) et l’étude conjointe des activités du début de démarrage.

Ghislain Mukuna, Gestionnaire de Programme santé intégrée/CRS a soumis différents travaux de groupes aux participants et pendant lesquels ces derniers ont eux-mêmes élaboré des risques qui pouvaient subvenir avant, pendant et après la mise en œuvre du projet et y ont proposé des mesures d’atténuation en s’appuyant sur l’équation des risques tout en soulevant des opportunités que peut avoir le projet avant, pendant et après exécution.

Pour sa part, Providence Konkontio, Chargée de Protection et Genre CRS a montré aux participants l’importance de la protection dans un projet et a insisté que tous les acteurs humanitaires ont la responsabilité d’intégrer les principes de protection dans leurs programmes d’intervention humanitaire, surtout les principes de la protection transversale qui sont entre autres : Prioriser la sécurité et la dignité et éviter de nuire, la redevabilité, l’accès utile, la participation et l’autonomisation.

Elle a ensuite expliqué que la protection est apportée contre des comportements destinés à nuire à quelqu’un, des traitements injustes ou préjudiciables de différentes catégories des personnes en raison de race, âge ou du sexe, persuader une personne de faire quelque chose contre son gré en utilisant la force ou la menace ainsi que la privation délibérée.

Le bref aperçu sur la gestion financière du projet, des ressources humaines(RH) et des processus d’achat et de gestion de la chaine d’approvisionnement, des conventions CRS-Caritas et des questions de conformité (code de conduite, PEAS, fraudes, contrôle financier) ont été facilité par Remy Ekanga, Chargé des finances et administration CRS.

Signalons que le projet Emergency NFI Response for Conflict-Affected IDP Households in Rutshuru sera exécuté à Ntamugenga, qui est un village situé dans la province du Nord-Kivu, environ 82km de la ville de Goma et qui est ravagé depuis des décennies par la criminalité endémique, des rebellions et des troubles sociaux fréquents tout comme l’imminence de nouvelles guerres.

Angèle Buke

Cellule de Communication

Happy
Happy
100 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous post Une nouvelle agence de la microfinance Tujenge Pamoja voit le jour à Goma
Next post Caritas Goma s’engage dans la pisciculture et l’élevage des insectes comestibles pour un relèvement économique