CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA
CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA

« Le travail de nous tous est de trouver la Paix », dixit Luis Antonio, Cardinal Tagle

298
0 0
Read Time:4 Minute, 21 Second

C’est devant 13 136 ménages, soit une population de 68 307 personnes déplacées de guerre que le Cardinal Luis a lancé un message de Réconciliation, d’Espoir, de Compassion, de Pardon mais surtout de Paix durable à l’Est de la République démocratique du Congo ce 13 avril 2023, lors de sa visite de compassion au camp des déplacés du site de Lushagala à Goma dans la province du Nord- Kivu.

Sur place, c’est une foule immense  qui a répondu présent pour venir écouter le message du Cardinal et de sa suite : le Cardinal Fridolin Ambongo, le Nonce Apostolique, Ettore Balestrero, l’Archevêque de Bukavu, Mgr François- Xavier Maroy et de Mgr Willy Ngumbi Ngengele, Evêque du diocèse de Goma.

On pouvait facilement voir sur la centaine des milliers de visages sur place, vieux, enfants, personnes handicapées, femmes enceintes un ouf de soulagement et peut-être un espoir pour une paix durable à l’Est de la RDC.

« Nous voulons juste rentrer dans nos milieux d’origine », pouvez-t-on entendre dans la foule. « Aidez-nous à avoir la Paix cher Cardinal », a laissé entendre une femme. A l’autre de crier : « Allez dire au Pape qu’il nous ramène la Paix s’il vous plait  « baba » (père) Cardinal. Nos enfants meurent de faim ici au camp et on se sait plus à quel Saint se vouer».

En effet, c’est depuis mars 2022, que la RDC en général, et en particulier la province du Nord-Kivu, est affectée par des crises politiques, sécuritaires et humanitaires liées aux conflits armés entre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et le Mouvement du 23 mars (M23) soutenu par le Rwanda. Ceci a conduit à diverses poches de tension dans plusieurs localités, dont certaines ont abouti au contrôle de localités et de territoires, notamment Rutshuru et une partie de Masisi et Nyiragongo par le M23. Après une apparente accalmie à la fin de l’année 2022, la situation sécuritaire est restée volatile tout au long du début de l’année 2023, marquée par une intensification des opérations militaires entre les FARDC et les groupes armés du M23 qui se battent pour étendre leur contrôle sur d’autres territoires.

Cette situation provoque des déplacements dans les zones marquées par la présence des groupes armés vers des communautés relativement calmes où les populations déplacées s’installent à la fois dans des centres collectifs (écoles, église et dans les formations sanitaires) ainsi que dans les sites de concentration et dans les familles d’accueil.

Selon l’aperçu de la situation humanitaire dans la province du Nord-Kivu (OCHA, 17 Avril 2023), les affrontements entre l’armée congolaise et le groupe armé du mouvement du 23 mars ont provoqué le déplacement de plus de 1,1 million des personnes depuis Mars 2022. Plus de 51 % des personnes déplacées internes (PDIs) sont des femmes, 49% sont des hommes et 58,5% sont des enfants de moins de 18 ans.  Ces personnes déplacées internes vivent dans les territoires de Nyiragongo, Rutshuru, Lubero, Masisi et dans la ville de Goma.

Bien que quelques timides mouvements de retour aient été rapportés, notamment dans le territoire de Rutshuru où près de 50 000 personnes déplacées sont retournées chez elles entre le 13 mars et le 1er avril 2023, la situation reste préoccupante.

« Le fait de vivre dans le camp de déplacés n’est pas synonyme de dire qu’ils ne veulent pas retourner dans leurs milieux respectifs. Ils le souhaitent car ils veulent reprendre leurs activités quotidiennes : cultiver leurs champs,  scolariser leurs  enfants, vendre du bétail etc. Mais hélas ! Ils ne le peuvent que si la sécurité revient », a déclaré pour sa part abbé Richard Muhindo, Directeur de la Caritas Goma avant de remercier le Pape François d’avoir pensé à soulager la souffrance de ces populations meurtries en appuyant financièrement un projet d’Approvisionnement en eau potable par water trucking sur le site de lushagala, exécuté par la Caritas Goma.

C’est alors que son Imminence Luis Antonio Cardinal Tagle d’un air souciant et d’une voix cassée presque en sanglot prendra la parole :

« Vous avez tous le droit d’habiter vos maisons, de faire scolariser vos enfants, de manger à votre faim, de boire, de vous vêtir car vous n’êtes pas des animaux mais des personnes faites à l’image de Dieu. Sachez que le Pape prie pour vous et ne vous abandonne pas. Il prie pour toutes les personnes qui sont dans la même situation que vous. C’est pourquoi je nous invite à travailler ensemble pour la Paix durable. Voilà pourquoi ceux qui ont le pouvoir de ramener cette paix doivent ensemble conjuguer les efforts dans le respect, l’amour, la vérité,  et la justice. Restez forts dans la foi, l’amour et l’espérance. Nous devons apprendre et réapprendre à vivre ensemble, à nous aimer et à nous tolérer ici dans le camp de Lushagala car, nous sommes tous victimes de la guerre. Et n’oublions pas d’initier les plus jeunes  à cultiver cet amour ».

C’est par la prière universelle du  Notre Père que le Cardinal  a clos la rencontre de compassion avec les victimes de guerre.

Lydie Waridi Kone

Cellule de communication