CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA
CARITAS DEVELOPPEMENT GOMA

Le tandem Misereor et Caritas Goma au chevet des sinistrés du volcan Nyiragongo

16
0 0
Read Time:3 Minute, 43 Second

Dans le cadre du projet Activités en faveur des personnes à risque déplacées à Kanyaruchinya , exécuté par la Caritas Goma et financé par Misereor, une visite de suivi des activités sur terrain a été effectuée par le partenaire Misereor le jeudi 14 avril 2021 dans des camps des sinistrés de l’éruption du volcan Nyiragongo. cette visite de partenariat s’est focalisée sur des entretiens entre l’équipe de la délégation de Misereor et les bénéficiaires du projet afin de s’enquérir de la situation dans laquelle vivent ces sinistrés.

Ayant tout perdu : maisons, champs, bétails et d’autres biens de valeur, il y a de cela 11 mois, la population sinistrée de l’éruption volcanique du Nyiragongo, survenue le 22 mai 2021, mène une vie pénible dans des camps des sinistrés à Mujoga, Kanyaruchinya, Kahembe, Katoyi (kisoko), et Kibati.

Se rendant compte des conditions pénibles que traversent cette population déplacée, la Caritas Goma a recouru à travers un plaidoyer à son partenaire Misereor pour mettre en place un projet de développement en faveur des sinistrés du Nyiragongo depuis novembre 2021 ; afin d’assurer la protection des droits humains des déplacés avec une attention particulière aux femmes et filles puisque ces dernières sont plus victimes de différentes violations de droits de l’homme pendant les risques et catastrophes, a déclaré d’entrée de jeu Gilbert Dhego, Coordonnateur de la Commission Diocésaine Justice et Paix/Caritas Goma.

A cet effet, différentes activités ont été réalisées : Monitoring des incidents de protection, atelier de sensibilisation des parties prenantes (Gestionnaires des sites, agents de protection, représentants des sinistrés, animateurs de gestion des structures locales de protection dans les sites, les autorités politico-administratives) sur la gestion des sites et l’identification des femmes sinistrées chefs des ménages les plus vulnérables.

Signalons que 89 sinistrés, dont 83 femmes et 6 hommes, ont bénéficié d’un cash de 50 dollars américains chacun pour les activités génératrices des revenus. Ensuite, ces bénéficiaires ont été formé sur les techniques de gestion des activités génératrices des revenus et les activités d’épargne et de crédit.

Ayant trop souffert pendant longtemps, soulagés par l’assistance reçue, ces bénéficiaires ont montré leur gratitude à l’égard de Misereor et  Caritas Goma par des témoignages et mots de remerciement lors de la visite signalée ci-haut..

« Nous vivons dans des conditions difficiles. Trouver à manger, à boire, scolariser les enfants et subvenir à d’autres besoins familiaux est devenu très difficile pour moi depuis l’éruption volcanique du Nyiragongo. Mais, depuis que j’ai reçu l’assistance de Misereor à travers la Caritas Goma, j’ai entamé un petit commerce des braises malgré ma situation du handicap. Avec le peu que je gagne, j’utilise une partie pour les besoins familiaux et j’épargne une partie restante dans l’association villageoise d’épargne et de crédit initiée par le projet où je suis membre. La Caritas m’a instruite et m’a formée sur les techniques d’épargne, que Dieu la bénisse au centuple pour son souci humanitaire. Mes remerciements s’adressent au partenaire Misereor pour son grand esprit de générosité qu’il a à notre égard. Je suis maintenant soulagée, mes enfants ne manquent plus à manger et certains sont même retournés à l’école », a déclaré d’un air soulagé Sifa Bahati, sinistrée, veuve et mère de 9 enfants.

Pour sa part Espoir Bahati, un septuagénaire dit être apaisé par l’assistance qu’il a reçue : « Avant j’avais des champs et je parvenais à subvenir à mes besoins. Malheureusement quand il y a eu éruption volcanique, j’avais tout perdu et à partir de ce moment je menais une vie difficile car n’ayant plus aucune source de revenu. A travers l’aide que j’ai reçue de la Caritas, mon petit –fils exerce un petit commerce pour ma femme et moi, vu que nous n’avons plus de force.  De ce petit commerce ma famille et moi survivons aujourd’hui ».

A la fin de ces échanges, Ursula Koelbel, Représentante de Misereor en République démocratique du Congo et Astrid Meyer, Chargée de mission en Afrique australe au sein de de cette même structure caritative d’Allemagne, compatissent avec les sinistrés et louent le courage qu’ils ont malgré la grandeur des difficultés qu’ils traversent tout en les rassurant qu’elles les porteront toujours dans leurs cœurs et qu’ils ne perdent point espoir.

Angèle Buke

Cellule de Communication

 

 

 

 

 

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

 

BIENVENUE!

× Besoin d'aider ?